La cuisine ayurvédique pour tous

La cuisine ayurvédique peut attirer facilement celles et ceux qui aiment les épices, et faire peur à ceux qui n’aiment pas vraiment les saveurs exotiques… Je tiens à te rassurer tout-de-suite : quand on souhaite pratiquer l’Ayurvéda pour améliorer sa qualité de vie, il ne s’agit pas de changer totalement et brutalement ses habitudes de vie et tous ses menus !

J’ai moi-même fait cette erreur en 2011 quand j’ai découvert l’Ayurvéda : très enthousiaste, je me suis mise à cuisiner des plats ayurvédiques végétariens à tous les repas, du jour au lendemain. Résultat : on s’est vite lassé à la maison

En effet, nos palais d’occidentaux ne sont pas adaptés depuis la naissance à toutes ces saveurs exotiques !

Heureusement, au fil des années j’ai trouvé le bon équilibre, celui que je vais t’expliquer ci-dessous.

Sommaire :

cuillers avec des épices pour la cuisine ayurvédique

Quand faut-il se lancer dans la cuisine ayurvédique ?

Depuis près de quinze ans que je m’intéresse à l’alimentation, je peux t’affirmer que le régime alimentaire ayurvédique est l’un des meilleurs qui soit pour la santé.

En effet, on peut tout-à-fait qualifier l’alimentation ayurvédique d’hypotoxique : elle est digeste et permet au corps d’assimiler le maximum de nutriments (lipides, glucides, protéines, vitamines, minéraux) sans fatiguer notre système digestif et sans produire de toxines (« ama » en Ayurvéda, qui sont à l’origine de la majorité des maladies).

Du coup, cela permet de comprendre quand la cuisine ayurvédique devient absolument nécessaire, au quotidien :

  • en cas de maladie, pour aider le corps à retrouver l’équilibre perdu et lui donner de l’énergie sans le fatiguer lors de la digestion ;
  • en cas de déséquilibre passager : une infection saisonnière, une prise de poids à réguler, une déprime d’hiver, etc.
  • lors d’une détox : dans l’idéal, deux fois par an, au printemps et à l’automne.
  • quand on est vegan ou végétarien.
Femme qui cuisine ayurvédique

Et le reste du temps ?

En dehors de ces cas particuliers, on peut aisément manger « à l’occidentale » en appliquant tout-de-même, si l’on souhaite garder santé et vitalité, les principes fondamentaux de l’alimentation ayurvédique :

  • choisir des aliments frais : pas de plats préparés, de conserves, de surgelés (ou le moins possible !)
  • choisir des aliments de qualité : biologiques, cueillis depuis peu, sans conservateurs, sans additifs…
  • manger peu : l’Ayurvéda nous dit combien le grignotage et les repas copieux sont néfastes pour notre santé ! Il faut également manger en pleine conscience, prendre le temps de mâcher et limiter le nombre d’aliments différents pris lors du même repas.
  • limiter la consommation des aliments qui aggravent notre dosha
  • adopter les bons modes de préparation et de cuisson (pas trop forts, pas trop longs)
  • agrémenter au quotidien nos plats d’épices (quelques-unes suffisent) et d’herbes fraiches (aïl, oignons, ciboulette, persil, thym, sauge, aneth… toutes ces herbes que nous connaissons déjà si bien !) en veillant à composer nos plats avec les 6 saveurs (épicé, salé, piquant, doux, amer, astringent).

Les végétariens et la cuisine ayurvédique

L’Ayurvéda définit l’alimentation végétarienne (aucun « cadavre » dans l’assiette, c’est-à-dire pas de poisson, pas de viandes, pas d’œufs), comme le régime alimentaire idéal pour maintenir tes 3 corps (physique, mental et spirituel) en bonne santé. C’est d’ailleurs pour cela que de nombreux yogis (pratiquant(es) du yoga), deviennent végétarien(nes) quand il (ou elles) avancent dans leur pratique.

Néanmoins, ce régime alimentaire n’est pas accessible à tous…

En effet, si ton agni est insuffisant, et/ou si tu as un dosha gravement déséquilibré, tu as peut-être développé des intolérances alimentaires qui vont compliquer ta démarche végétarienne (ou vegan).

La bonne nouvelle, c’est que ces problèmes peuvent être corrigés par un praticien ayurvédique ou un naturopathe. Par contre, cela prend du temps car il s’agit de renforcer ton feu digestif (agni), de rééquilibrer un dosha aggravé, et d’assainir ton microbiote.

Si tu veux que je t’accompagne dans cette démarche, contacte-moi pour un coaching ayurvédique :

JE PRENDS RDV

Et si tu n’es pas végétarien(ne) ?

Si tu ne veux pas devenir végétarien, ou si tu ne peux pas (temporairement) pour les raisons énumérées ci-dessus, tu peux parfaitement adhérer aux principes alimentaires de l’Ayurvéda en pratiquant ce qui ressemble au régime méditerranéen :

  • Manger de la viande de bonne qualité en petite quantité (2 à 3 fois par semaine maximum), d’animaux élevés avec bienveillance respect et sans antibiotiques et pesticides
  • Manger davantage de poissons, fruits de mer et d’œufs (en les choisissant en fonction de ton dosha dominant ou aggravé !)
  • Introduire des repas végétariens ou vegans plusieurs fois dans la semaine, agrémentés d’oléagineuses (noix, noisettes, graines de courges, amandes…) bien préparées
  • Manger un peu de produits laitiers (plutôt de chèvre ou de brebis si tu as du mal à digérer les produits de lait de vache), de qualité, peu transformés : l’Ayurvéda recommande le lait cru, les yaourts ultra-frais faits maison et les fromages frais (panir, fromages frais de brebis ou de chèvre).
  • Manger BEAUCOUP de légumes frais, d’herbes fraîches, d’épices, et 1 à 3 fruits frais dans la journée, en dehors des repas.
  • Manger des féculents complets, bios, et riches en fibres : beaucoup de légumineuses, et des céréales complètes adaptées à ton dosha dominant ou aggravé.
  • Cuire les aliments avec peu de matières grasses (ghee, huile d’olive, huile de coco, huile de sésame) et assaisonner les plats avec de bonnes matières grasses de qualité (huiles vierges et première pression à froid) et riches en omegas 3 et 9 (souvent insuffisantes dans notre alimentation : huile de colza, huile de noix, huile de lin, huile de cameline, huile de chanvre, huile d’olive – attention ces huiles, en dehors de l’huile d’olive, ne se cuisent pas !).
Assiette indienne de cuisine ayurvédique

Les recettes ayurvédiques de sauvetoncorps.com

Pour te faire découvrir l’alimentation ayurvédique, je te propose des recettes, toutes végétariennes, qui ainsi conviennent à tous, classées dans 6 catégories sur cette page : recettes ayurvédiques.

  • Les recettes de base : ghee (beurre clarifié indien), chapatis (galettes de blé), panir (fromage frais), yaourts maison, lait de soja maison, massalas (mélanges d’épices), chutneys et pickles, etc.
  • Les soupes ayurvédiques : soupes de légumes ou soupes-repas
  • Les plats ayurvédiques : pulao, kicheri, etc.
  • Les crudités pour les doshas Pitta : les crudités ne sont pas recommandées en Ayurvéda car elles sont difficiles à digérer. Seules les personnes de dosha Pitta peuvent en manger régulièrement, en été.
  • Les petits-déjeuners ayurvédiques
  • Les douceurs sucrées

Si tu souhaites en savoir plus sur la cuisine ayurvédique, sache que je peux t’accompagner par un coaching en ligne !

Je peux t’aider à déterminer ton profil ayurvédique (doshas) et à choisir les aliments et les routines de vie qui te conviennent le mieux. Je peux également t’apprendre à utiliser les épices et les herbes fraiches au quotidien. Enfin, si tu veux devenir végétarien(ne), je peux t’aider à équilibrer tes assiettes pour éviter les carences alimentaires et améliorer ta digestion.

JE PRENDS RDV